Une fois n’est pas coutume, nous allons évoquer un certain mauvais goût enlaidissant par endroits notre ville. Et ce dans l’indifférence générale. Donnez votre avis en fin d’article …

Dernier exemple en date, cette construction rue de Verdun.

Un gris « bunker » du plus bel effet, avec des petites fenêtres façon meurtrières

Un gris « bunker » du plus bel effet, avec des petites fenêtres façon meurtrières, mais sûrement si « tendance » pour ses concepteurs …

Soyons francs, on a aussi le droit d’aimer ce style.

Que les partisans de la modernité à tout crin nous pardonnent alors ce qui va suivre. Et ceux qui sont fidèles à Myvesinet.com reconnaîtront que sur les plus de 350 articles mis en ligne depuis 4 ans, les froncements de sourcils restent l’exception.

Peut-on prétendre préserver le caractère de « ville d’exception » propre au Vésinet et dans le même temps autoriser de telles réalisations ? Qu’il faille construire pour attirer de nouveaux habitants, et pour « décarencer » la ville en bâtissant des logements sociaux, d’accord. Pour autant, est-on obligé de se soumettre aux diktats du design « tendance » sortis du cerveau d’architectes insensibles à l’esprit de notre ville ? N’aurait-on pas pu faire moins brutal avec ce gris et ces petites fenêtres ? Voire si ce n’est pas fini changer cette couleur ?…

Pendant ce temps-là, malheur au Vésigondin qui souhaite installer un Velux sur son toit ou entreprendre quelques menus travaux : de paperasserie en tracasserie, un véritable parcours du combattant l’attend ! L’Architecte des Bâtiments de France veille, nous dit-on, mais construire une annexe recouverte d’écailles de poisson est possible, là encore tout est affaire de goût. De la même façon, nombreux sont les grilles ou portails dérogeant aux règles propres au Vésinet. Trop de règles ou pas assez : visiblement l’équilibre est difficile à trouver.

Mais revenons à notre bunker.

A quoi servent les PLU, SCOT, AVAP et autres plans inintelligibles au citoyen moyen si ce n’est pour transformer le Vésinet en banlieue lambda, dans les secteurs en bâti collectif, lesdits plans privilégiant les zones vertes et les villas ?

Malheureux quartier Princesse si densément peuplé et si déshérité ! Les plus remontés n’hésitent pas à souligner le fait que peu d’élus y habitent. Les mêmes s’inquiètent du devenir des rares commerces bien mal en point, des problèmes de circulation et de stationnement à venir.

Rue de Verdun, place au béton, donc, aux dépens des habitants d’un quartier endormi, lassés aujourd’hui de cette situation et souhaitant être entendus.

  • Mais par qui et comment ?
  • Comment les empêcher de penser que seul le périmètre des « beaux quartiers » dans la verdure, mérite visiblement d’être qualifié de « site » à protéger ?
  • Faudra-t-il rebaptiser « Cendrillon » le mal-nommé quartier Princesse, qui en a « ras le diadème » d’être si mal-aimé ?
Princesse ou Cendrillon ?
Princesse ou Cendrillon ?

Nombreux sont les Vésigondins qui souhaitent aujourd’hui un rééquilibrage des infrastructures, une amélioration de l’espace public, une vision claire de leur ville pour les 10 ans à venir. Les lignes qui précèdent ne sont que le reflet d’interrogations bien légitimes.

Alors, stop ou encore…? Votez ici

Stop ou Encore ?