Le soleil tarde à venir, et vous prenez vos congés en août ? Partez un week-end dans cette ville trépidante.

Loin des clichés médiatiques et tapageurs propres à la Cité phocéenne, Myvesinet.com vous présente en photos quelques spots incontournables visités pour vous. Suivez-nous …

Marseille : une ville à (re)découvrir cet été

Marseille est la métropole du sud-est de la France et plus encore du bassin méditerranéen. Elle a été fondée vers les 600 avant J.-C. par des marins grecs originaires de Phocée en Asie mineure, ce qui lui vaut aujourd’hui encore l’appellation de « Cité phocéenne« .

La ville possède de nombreux atouts : la mer, le soleil, la nature et la culture. Son accessibilité et ses habitants chaleureux sont également des valeurs fortes que Marseille est fière de représenter.

Du Vieux-Port aux Calanques, en passant par la « Bonne Mère », laissez-vous surprendre par Marseille et ses paysages variés. Les espaces verts et naturels s’étendent à perte de vue autour de la ville. Les traces d’une histoire riche sont omniprésentes à travers l’architecture, la culture et la population. De par son ancienneté, sa culture caractéristique, son identité forte et son brassage ethnique, Marseille est aujourd’hui l’une des villes les plus cosmopolites de France.

Une escale de charme au cœur de la Méditerranée

Marseille est une cité cosmopolite et vivante qui attire chaque année une foule de touristes du monde entier. Classée ville d’art et d’histoire, elle se développe son dynamisme économique et culturel, aujourd’hui en plein essor.

D’un coup d’avion ou de TGV, Marseille s’offre facilement à vous pour un week-end prolongé. L’occasion de prendre la mesure du bouillonnement culturel qui fait de cette ville un haut lieu de la rencontre des cultures. Avec plus de 5 millions de visiteurs en 2015, Marseille s’affirme comme une destination touristique de premier plan et se hisse désormais à la hauteur des grandes métropoles méditerranéennes et européennes dans ce domaine. Capitale européenne de la Culture en 2013, cette ville qui bénéficie de près de 300 jours de soleil par an a su faire évoluer son image, en se modernisant tout en préservant son charme et son authenticité.

Nos coups de coeur

Objectif : parcourir la ville à pied pendant 3 jours, depuis le Vieux-Port. Ce ne sont pas les hôtels qui manquent, et pour tous les budgets. Depuis le Sofitel Marseille Vieux-Port avec sa piscine et sa vue panoramique pour les amateurs d’exception, ou l’hôtel Azur et ses deux étoiles, au cœur de la Canebière mais accessible aux petits budgets. C’est là, vous l’aurez deviné, que nous avons posé notre sac après 10 minutes de marche depuis le gare Saint-Charles. Une chambre toute simple sur le jardin et ses petites terrasses pour le petit-déjeuner, une équipe adorable, et le Vieux-Port tout près, que demander de mieux ? Nous voilà parés pour arpenter la ville.

Pour ces trois jours, nous avons sélectionnés quelques spots tous proches les uns des autres, sur la frange côtière : le Vieux-Port, le quartier du Panier, la calanque du Vallon des Auffes, le Fort Saint-Jean, le MuCEM et ses environs. L’occasion de profiter de vues splendides dans des lieux d’exception, authentiques, avant-gardistes et colorés, mais aussi de goûter l’art de vivre et l’accueil marseillais, un verre de pastis ou de rosé à la main.

Le Fort Saint-Jean

L’origine du Fort Saint-Jean remonte au XIIe siècle. A l’époque des croisades, le site est concédé aux Hospitaliers de Jérusalem, qui s’y installent et élèvent leur commanderie pour acheminer les troupes vers la Terre Sainte. Ils occupent d’abord l’ancienne Chapelle de Saint-Jean-Baptiste, puis entreprennent la construction d’une nouvelle église, d’un l’hôpital et du Palais du Commandeur. L’ensemble est achevé en 1365.

Entre 1447-1453, le Roi René souhaite assurer­ plus efficacement la défense du port. Il fait édifier sur l’emplacement de la tour Maubec, détruite en 1423, la Tour Carrée qui porte d’ailleurs son nom : « Tour du roi René« . Au milieu du XVIIe, les armateurs marseillais veulent fortifier l’ensemble par une tour de vigie, suffisamment haute pour être visible des navires de commerce à plus de 20Km de la rade de Marseille. On fait alors construire la « Tour du Fanal » ou Tour Ronde. A la suite de la rébellion des Marseillais contre le pouvoir royal (de 1658 à 1660), Louis XIV est décidé à tenir la ville en respect. Il fait construire les citadelles à l’entrée du port. Le 14 août 1668, la première pierre du fort est posée par le Chevalier de Clerville. Vauban prend la succession en 1678 et fait creuser un large fossé destiné à isoler le promontoire.

Le fort garde un rôle strictement militaire jusqu’à la révolution française, avant d’être transformé en prison d’état. Pendant la seconde guerre-mondiale, en 1942, les allemands installent dans le fort intérieur, des dépôts de munitions pour les mettre à l’abri d’éventuelles attaques aériennes. Mais en août 1944, les munitions explosent, détruisant une grande partie des constructions.

Le Fort Saint Jean s’ouvre aujourd’hui au grand public avec la programmation d’expositions du Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditérranée ( MuCEM ). ­

Pourquoi il faut y aller…

Un endroit unique à parcourir en fin de journée lorsque le soleil réchauffe la pierre et fait scintiller la mer !

Érigé au XVIIe siècle, le fort Saint-Jean a été entièrement restauré en vue de l’ouverture du MuCEM. Accessible au public pour la première fois de son histoire, ce monument historique est aujourd’hui un véritable lieu de vie, offrant de multiples propositions : expositions, spectacles, parcours historique ou botanique… Le fort Saint-Jean permet de profiter d’un cadre exceptionnel sur 15 000 m2, librement accessibles.

Si le fort Saint-Jean se prête particulièrement à la visite-promenade, celle-ci est l’occasion de multiples découvertes culturelles. Le fort Saint-Jean est classé monument historique en 1964, puis placé sous la tutelle du ministère de la Culture. Le DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines) y siège de 1970 à 2005. Dans la perspective de l’ouverture du MuCEM, les travaux de restauration du fort ont été conduits sous la maîtrise d’œuvre de François Botton, architecte en chef des Monuments historiques.

Le fort est relié au J4 par une passerelle de 115 mètres de long. Une seconde passerelle, d’une longueur de 70 mètres, est dressée entre le fort et le parvis de l’église Saint-Laurent, dans le quartier du Panier, assurant ainsi une continuité entre la partie la plus ancienne de la ville et les nouveaux équipements culturels rassemblés sur le boulevard du littoral. Au carrefour des deux passerelles du MuCEM, le fort Saint-Jean constitue un véritable point de jonction entre la ville et le musée, entre l’histoire et son écrin contemporain.

Au coucher du soleil, prenez le temps de parcourir ce monument historique avec ses allures de petit village, avec la tour du Roi René et la tour du Fanal dressées à chaque extrémité, sa chapelle, sa fontaine, son café, et son dédale de cours, de places et de rues. Au fil de la déambulation, on passe d’arcades en salles voûtées et de jardins suspendus en points de vue panoramiques sur Marseille et la Méditerranée.

Le MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerrané)

Le MuCEM se déploie sur 45 000 m2 répartis sur trois sites complémentaires. Côté mer, le J4 et le fort Saint-Jean accueillent grandes expositions et activités culturelles. Côté ville, le Centre de conservation et de ressources (CCR) abrite les collections du musée. Le J4 constitue l’un des symboles du nouveau visage de Marseille, avec 16 500 m2 dont 3 690 m2 d’espaces d’exposition. Depuis son inauguration en juin 2013, le bâtiment conçu par Rudy Ricciotti (associé à Roland Carta) est l’un des symboles du nouveau visage de Marseille. Ce cube minéral – carré parfait de 72 mètres de côté – est enserré par une fine résille de béton, signature visuelle forte contribuant à hisser le MuCEM au rang d’« objet-monde », repéré à l’international.

Pourquoi il faut y aller…

Depuis Marseille, le MuCEM s’affirme comme le seul grand musée consacré à la Méditerranée. Ouvert à Marseille en juin 2013, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) est le symbole du rayonnement et du renouveau de la cité phocéenne : il est entré dans le cercle des 50 musées les plus visités du monde.

Entouré de darses, posé face à la mer, le J4 offre des panoramas à 360 degrés sur le fort Saint-Jean et la Méditerranée, visibles depuis les salles d’exposition vitrées, le toit-terrasse, ou les rampes extérieures qui encerclent le bâtiment. Il est relié au fort Saint-Jean par une passerelle aérienne de 135 mètres. Le J4 constitue le véritable « cœur » du MuCEM, accueillant les grandes expositions permanentes et temporaires ; ainsi que les cycles réguliers et temps forts de la programmation artistique et culturelle. Suspendu entre ciel et eau, flottant à l’entrée du Vieux-Port de Marseille, le MuCEM déploie de nouvelles passerelles. Ouvert sur le large, ce musée est par sa situation même un grand projet pour la Méditerranée dont il redessine l’horizon, désormais point de rencontre de ses deux rives.

Le quartier du Panier

Le Panier est la partie la plus ancienne du site d’implantation historique de la colonie grecque de Massalia en 600 ans av. J.-C.

Ses ruelles étroites rappellent toujours qu’il est l’une des parties les plus anciennes de la ville. On a l’habitude de le désigner comme un « quartier populaire », ce qu’il est resté tout en attirant de nombreux artistes et lieux de vie branchés. Avec le quartier Saint-Jean, dynamité en 1942 par les autorités allemandes, le Panier constitue traditionnellement le premier lieu d’implantation des immigrés à Marseille. Aujourd’hui, le Panier reste marqué par ces vagues d’immigrations, et de nombreuses familles d’origine corse ou maghrébine y habitent toujours. Ces dernières années, sous l’effet des réhabilitations et de l’implantation de lieux culturels, le Panier devient un quartier touristique notamment avec le projet Euromediterranée.

Pourquoi il faut y aller…

Ruelles, escaliers, passages étroits… Lorsque la pause s’impose, installez-vous Place des Treize-Cantons sous les platanes pour boire un verre au Bar des Treize coins. A deux pas du MuCEM et de la Vieille Charité. Et profitez de la vie « à la marseillaise ». Sur la petite place, le show-room du fabricant de pastis Janot vous offre de mieux découvrir grâce à de belles dégustations cette boisson emblématique. Une statue de la Bonne Mère veille à l’angle de la maison, et le soir de la Saint Jean la procession y passe au son d’un orchestre précédé de cavaliers, avec un Curé tout droit sorti d’un roman de Pagnol. Les familles veillent tard dehors, chaleur oblige : raison de plus pour savourer les tapas en fin de journée et l’accueil sympa du patron, jusqu’à la nuit. Et y revenir le lendemain.

Le Vallon des Auffes

Incontournable mais très touristique, le vallon des Auffes est un petit port de pêche traditionnelle du quartier d’Endoume dans le 7e arrondissement de Marseille. Il se situe à 20 minutes à pied au sud-ouest du Vieux-Port par la corniche Kennedy, entre la plage des Catalans et l’anse de Malmousque. Ce petit port abrite de part et d’autre du pont, une cinquantaine de cabanons de pêcheurs et de petits bateaux de pêche traditionnelle, dont quelques pointus typiques. Plusieurs films ont été tournés sur le petit port dont French Connection de William Friedkin en 1971. Site unique, authentique, pittoresque, les adjectifs ne manquent pas ce petit havre de paix à la fois si proche et si lointain de l’agitation du centre-ville.

Profondément lié à la mer et aux métiers de la pêche, jusqu’à son nom. Auffes vient de l’alfa (auffo en provençal) qui est un granulé servant à faire des cordages. Au XIX e siècle, les fabricants de cordage s’y étaient établis. Avec ses cabanons de pêcheurs très colorés et ses pointus (bateaux de pêche typiques marseillais), et ses restaurants aussi traditionnels que réputés, le Vallon des Auffes symbolise la “Dolce Vita” à la marseillaise.

On y accède par des escaliers étroits qui s’engouffrent au coeur de l’anse. Le petit port est bercé par le double va et vient des touristes et des pêcheurs. Les terrasses sont pleines et mieux vaut venir le matin pour en apprécier la tranquilité (surtout en été). Au bout du quai, après être passé sous le viaduc, on se baigne (en faisant toutefois attention aux bateaux, cela reste un port).

Pourquoi il faut y aller…

Le soir, avec ses restaurants et ses bars sur le quai, on se retrouve dans un décor merveilleux et coloré baigné de lumière. Les habitants boivent un verre devant leurs maisonnettes traditionnelles, les sardines grillent, une ambiance incroyable, en pleine ville, si près et si loin de l’agitation du centre. Plusieurs adresses emblématiques pour dîner : Chez Fonfon, l’Epuisette, Pizzeria Chez Jeannot… Réservation obligatoire en saison mais quel cadre ! On préfère Jeannot pour la vue dans l’axe de la mer et le spectacle des ferries illuminés qui sortent du port le soir. C’est bondé et long, mais la patience paie !

Le Vieux-Port

Dominé par la basilique Notre-Dame de la Garde dont la Bonne-mère veille sur les marins, le Vieux-Port est une parfaite synthèse du Marseille traditionnel et moderne, avec ses vedettes pour les îles du Frioul et les calanques, ses clubs de marins et d’avirons, ses terrasses bondées et sa désormais célèbre « ombrière » dans laquelle chacun peut observer son propre reflet.

Pourquoi il faut y aller…

Autrefois appelé le Lacydon, le Vieux Port est comme son nom l’indique, le plus ancien de la ville, ce fut son cœur palpitant pendant des siècles. Aujourd’hui, c’est le lieu naturel de rendez-vous de tous les marseillais et visiteurs. C’est là que l’on vient sentir l’atmosphère de Marseille.

Deux expos à ne pas rater cet été !

Jusqu’au 29 août, le MuCEM célèbre Picasso, mettant l’accent sur les influences que le « maître » a puisées dans les arts et traditions populaires. Le MuCEM présente du 27 avril au 29 août 2016 une grande exposition de 270 oeuvres qui s’attache à montrer comment Picasso, tout à la fois inscrit dans son époque et attaché à ses racines, a nourri son travail d’influences issues des arts et traditions populaires. Le parcours, divisé en quatre sections, met en miroir des chefs-d’œuvre de l’artiste avec des objets-références issus des riches collections du Mucem. Grâce à des prêts exceptionnels et au soutien de nombreuses collections publiques et privées, françaises et internationales, parmi lesquelles il convient de citer le riche partenariat avec le Musée national Picasso-Paris, l’exposition permet de réunir des œuvres essentielles et iconiques, mises en perspective avec des découvertes inédites.

Jusqu’au 28 août, le Musée Regards de Provence rend hommage au paysagiste Raphaël Ponson (1835-1904) qui avait fait des calanques son terrain de jeu. L’exposition « Lumière & Douceur de Raphaël Ponson » célèbre l’inventeur des calanques en peinture. Nourri de son amour pour la Méditerranée, sous ses pinceaux jaillirent de nombreuses vues du port de Marseille, de Martigues, de Cassis et de Nice. Au cours de sa carrière, il a posé son chevalet dans la plupart des calanques marseillaises qui nous font encore rêver, En-Vau, Sormiou, Morgiou… Il a su sublimer la nature vivante et vibrante et capter la splendeur de la lumière, recréant dans ses toiles leurs falaises calcaires et leurs anses où les vagues viennent s’échouer.

En savoir plus :

Picasso au MuCEM : http://www.mucem.org/fr/exposition/picasso-un-genie-sans-piedestal

Le Mucem est ouvert tous les jours sauf le mardi.  Juillet à août : de 10h à 20h – Nocturne le vendredi soir jusqu’à 22h de début mai à fin août. Une petite faim ? Au dernier étage du MUCEM se trouvent un bistrot chic « La Table » et une brasserie « La Cuisine » avec une vue sur la Méditerranée. Au rez-de-chaussée du musée, un kiosque pour des grignotages savoureux. Et au fort Saint-Jean, un café et une école de cuisine. Raphaël Ponson au Musée Regards de Provence : http://www.museeregardsdeprovence.com/tags/ponson?post_type=exposition

Le Musée Regards de Provence est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Fermeture des guichets à 17h30. Depuis Le Regards Café, vivez en direct la lumière du Sud au coucher du soleil et profitez de la vue panoramique sur le port de la Joliette. Ube webcam pour se régaler de la vue : http://pv.viewsurf.com/?id=254

Cette webcam vous offre une vue qui s’étend du Palais du Pharo (partie gauche du panoramique), l’entrée du port de Marseille, le MuCem, le fort Saint Jean, la basilique de la Major, l’église Saint Laurent, le Vieux-Port, le fort Saint Nicolas et Notre-Dame de la Garde (partie droite du panoramique). Elle est située sur l’hôtel Sofitel Marseille Vieux-Port Pour découvrir les grands monuments de Marseille : http://decouvrir-marseille.marseille.fr/node/606Le site du Bar des 13 Coins dans le quartier du Panier : http://www.lebardes13coins.fr/Le site de l’hôtel Azur. Top rapport qualité-prix. Demander impérativement une chambre supérieure sur jardin. http://www.azur-hotel.fr/