Les balades urbaines, vous connaissez ?

Des Vésigondins ont arpenté pendant une matinée le terrain du futur quartier, à l’initiative de la Ville.

Un projet majeur mais aussi très sensible dont ils entendent bien être les acteurs, dans le cadre des groupes de travail à venir.

www.myvesinet.com y était et vous dit l’essentiel sur ce dossier lancé en… 2008 ! On attend vos réactions.

Un futur « parc habité » de 18 hectares : les grandes lignes du projet

Le défi à relever ? Concevoir et Implanter un quartier résidentiel qui se fondra dans le parc, selon le concept du « parc habité ». En effet, le parc Princesse possède une valeur patrimoniale exceptionnelle, tant sur le plan architectural, avec la présence de l’hôpital, que paysager, avec les traces d’un parc à l’anglaise, ou encore végétal, avec la diversité de son boisement.

Ce sont au total 400 logements neufs qui vont se construire d’ici 2020 au sein d’un parc de 18.3 hectares.

Le projet prévoit des bâtiments de faible hauteur, en R+2, regroupés par deux ou trois unités au sein de clairières. Les résidents disposeront de places de parking en sous-sol de leur bâtiment.

Si les logements neufs seront concentrés dans la partie Sud du quartier, un parc paysager de 3.5 hectares prendra place au Nord/Nord-Ouest.

En tout, ce sont près de 35 000 m² de surfaces habitables de logements neufs, de résidences, commerces et locaux d’activité vont se construire. Cela représente environ 400 logements familiaux auxquels s’ajouteront les logements des différentes résidences.

La Ville prévoit une large concertation, sous l’égide de l’AFTRP : « Des ateliers participatifs seront installés, de même qu’un « comité de référent chantier » dont la mission, une fois que les travaux auront démarré, sera de communiquer avec les riverains. Un travail avec les établissements scolaires de la Ville pourrait par ailleurs être mis en oeuvre pour que les enfants prennent la mesure du projet urbain qui se réalise sous leurs yeux. C’est, enfin, la création d’une Maison du projet qui permettra d’informer les habitants et d’instaurer un dialogue continu.

Des outils digitaux interactifs seront réalisés comme un site Internet et une maquette vidéo pour que chacun puisse visualiser, en 3D, le futur quartier du parc Princesse. »

Des enjeux bien visibles… et très sensibles !

Le Projet de Parc Princesse offre au Vésinet l’occasion de redynamiser un quartier qui en a bien besoin ! Mais aussi de se mettre en conformité avec la Loi SRU et ses exigences en matière de logements sociaux : une obligation incontournable sauf à pénaliser lourdement et durablement la collectivité. Selon les chiffres présentés, l’appel d’offres lancé en 2012 prévoit 33 à 35 000 m² de surfaces habitables de logements, de résidences, commerces et locaux d’activité. Cette surface correspond à environ 400 logements familiaux auxquels s’ajouteront les logements des différentes résidences. Au total, il y aura environ 35% de logements sociaux, situés en partie dans les différentes résidences.

La « balade urbaine » du 7 février avait pour objet de présenter aux habitants les enjeux du projet, à partir de la réalité du terrain. A ce stade, les constructions à venir n’ont pas été évoquées, le projet étant encore « en phase de conception », selon François Jonemann, Maire-adjoint en charge du dossier. Cette balade sera suivie d’ateliers participatifs dès le mois de mars, afin de faire remonter les demandes et recommandations des habitants et des associations. Une démarche pilotée par le cabinet Filigrane qui animera ces ateliers et en fera la synthèse pour l’équipe de conception.

Bien vite, les participants ont pu, au fil des étapes commentées, se saisir des contraintes propres à la gestion d’un tel espace. Et notamment le défi posé par l’arrivée d’un millier de véhicules supplémentaires, dans un secteur déjà congestionné !

Principales difficultés évoquées par les participants à la balade :

  • Les flux de circulation : quelles entrées-sorties ? Quels axes à l’intérieur du périmètre ?
  • Le stationnement : comment gérer 1000 à 1200 véhicules supplémentaires ?
  • La sécurité : quel accès au parc paysager de 3,5 hectares ? Gardiennage ? Eclairage, nettoyage ?
  • L’environnement : quels modes de transports doux vers les gares ?…etc.
  • Le cimetière de l’hôpital : vandalisé depuis plus de dix ans, que va-t-il devenir ?
  • La cité des Coteaux et ses 128 logements sociaux : quelle préservation du périmètre des résidents ?
  • L’hôpital, ses visiteurs et le personnel : comment limiter la gêne à leurs activités ?
  • Le patrimoine : comment seront préservés le patrimoine bâti et le patrimoine arboré ?
  • Le coût du projet : réalisation d’équipements collectifs, entretien. S’agissant de ce volet, les participants n’ont pas manqué d’évoquer le lamentable ratage du dossier de la Place du Marché, mal engagé, mal terminé, et qui a laissé les finances de la Ville à sec. Une méfiance bien légitime !

Sans oublier que les municipalités du Vésinet et de Croissy s’affrontent sur ce dossier sensible, l’une comme l’autre pour le bien de « leurs » riverains. La rue de l’Ecluse et le Chemin de Ronde bordent le futur Parc Princesse : ce sont aujourd’hui des voies de communication capitales en voie de saturation, sauf à offrir rapidement aux habitants des solutions de transports doux ou collectifs pérennes.

Le Vésinet et Croissy face à face !

Contrainte de taille propre à ce projet : le face à face entre deux communes. Qu’ils soient Croissillons ou Vésigondins, le dossier Parc Princesse est en effet devenu le cheval de bataille des riverains. Qu’on en juge :

Côté Le Vésinet

Les habitants riverains du chemin de Ronde et des environs, au Sud du Parc Princesse, se mobilisent contre la construction de 174 logements et ont déposé un recours gracieux auprès de la mairie de Croissy sur Seine.
Le projet comprend la construction de 42 logements familaiux, d’une résidence de 132 studios et d’une salle polyvalente de 245 m2. Ils s’élèvent contre l’absence de concertation alors que le permis de construire a été déposé en octobre 2014.
Ils sont soutenus par deux associations : AEB et l’Association du Chemin de Ronde, qui se sont jointes au recours. Leurs représentants étaient présents à l’occasion de la balade urbaine du 7 février.

Côté Croissy, Municipalité et riverains se mobilisent contre ce projet.

Sur le site de la Ville de Croissy, une rubrique à lire : « l’Eco quartier du Vésinet, une enclave dans Croissy ». Les flux de circulation affolent les riverains : « L’urbanisation des terrains de l’hôpital entraînera la construction de plus de 400 logements. Le PLU du Vésinet ne prévoit pas de voie d’accès directe à partir de l’Avenue de la Princesse mais des ouvertures sur la rue de l’Ecluse et le Chemin de Ronde. »
Toujours selon le site : « La Municipalité de Croissy a déjà exprimé ses réserves par une délibération exceptionnelle le 12 Novembre 2013.

Quatre associations se sont mobilisées pour exprimer les mêmes réserves :
  • Pétition association Green River I
  • Pétition association Green River II
  • Pétition association APHOC
  • Pétition association Résidence des Régates »

Selon l’étude de circulation commandée par Croissy et réalisée par le Cabinet MVA Consultancy, ce sont 400 à 500 véhicules qui emprunteront par exemple l’axe Route de Croissy – avenue de Verdun, même chose pour la rue de l’Ecluse ! 


En savoir plus :

Quel calendrier ?

En bref…
  • L’année 2014 sera consacrée à la finalisation du projet : emplacement des bâtiments, des voiries, des espaces verts…
  • Les travaux commenceront en 2015 par la réalisation du parc paysager de 3,5 hectares et s’étaleront jusque 2020.

Derniers développements :

  • 9 janvier 2014 : L’Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne (ou AFTRP) est choisie par la Ville au terme d’une procédure de mise en concurrence, pour prendre en charge l’aménagement de l’éco-quartier du parc Princesse.
  • 13 février 2014 : Approbation du PLU par le Conseil municipal
  • 17 mars 2014 : Signature du traité de concession d’aménagement de la ZAC
  • 23 juin 2014 : Réunion publique pour présenter le projet d’EcoQuartier Parc Princesse, en présence des élus et de l’AFTRP
  • 7 février 2015 : « balade urbaine »

Qui sont les acteurs du projet ?

Aux côtés de la Ville du Vésinet et de l’aménageur AFTRP, le Projet de Parc Princesse mobilise huit intervenants aux compétences variées.

L’AFTRP, UN AMÉNAGEUR URBAIN DURABLE

Créée en 1962 par l’État, l’Agence Foncière et Technique de la Région Parisienne (AFTRP), établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), est l’un des acteurs majeurs de l’aménagement urbain en Île-de-France. Elle accompagne, depuis 50 ans, l’État et toutes les collectivités franciliennes dans deux domaines :

> opérateur foncier, elle prend en charge l’acquisition de terrains, pour le compte des acteurs publics ;
> aménageur urbain durable, elle met au service des collectivités locales ses compétences techniques, juridiques et réglementaires, dans le respect des prescriptions des élus. Plus d’une cinquantaine d’opérations sont actuellement actives sur tous les territoires franciliens dont l’aménagement de nouveaux quartiers, la construction d’équipements publics et l’aménagement de parcs d’activités économiques.
En tant que concessionnaire chargé de l’aménagement, l’AFTRP s’engage avec la Ville du Vésinet dans l’ambition de concevoir un éco-quartier à la fois moderne et respectueux de l’identité vésigondine. Pour répondre aux attentes de la Ville, l’AFTRP entend donner à voir un quartier qui se fondra dans le parc Princesse, selon le concept du « parc habité », qui vise l’excellence urbaine, paysagère et environnementale. L’AFTRP sera donc attentive à ce que le projet respecte à la fois le patrimoine paysager et architectural de la commune, mais aussi les principes de la Charte de quartier durable, dont elle s’est dotée.

LA VILLE DU VÉSINET

La Ville du Vésinet a sélectionné l’AFTRP, au terme d’une procédure de mise en concurrence, pour prendre en charge l’aménagement de l’éco-quartier du parc Princesse. Tout au long de la réalisation du projet, la Ville sera entièrement associée à toutes les grandes décisions qui jalonneront la période qui s’ouvre.La mise en place d’un comité de pilotage garantira la régularité du dialogue avec les élus et les services municipaux, qui participeront aux choix de l’urbaniste et du paysagiste coordonnateurs de la zone d’aménagement concerté (ZAC), à la stratégie de découpage des lots, à la conception des espaces publics que la Ville gérera, par la suite, ou encore au choix des promoteurs et des propositions architecturales.Dans le prolongement des démarches initiées, depuis la phase des premières études, un nouvel élan à la concertation avec les acteurs locaux, les habitants et les associations sera donné.

L’ÉQUIPE DE MAÎTRISE D’ŒUVRE

Désignée en décembre 2014, l’équipe de maîtrise d’œuvre urbaine est chargée de mettre en place et de coordonner les différentes interventions urbaines, architecturales, paysagères et techniques sur le périmètre du Parc Princesse et ce durant toute la durée de l’opération. L’équipe est constituée de plusieurs compétences : l’Agence TER Paysage et Urbanisme, TER Architecture (associée à Gautier Bicheron architecte du Patrimoine), les EnR et SODEREF. La gestion et la coordination du projet est assurée au sein du groupement par Michel Hoessler, Paysagiste DPLG et Urbaniste DIUP.

AGENCE TER → URBANISME ET PAYSAGE / ARCHITECTURE

Michel Hoessler, fondateur associé de l’agence TER, est l’urbaniste-paysagiste coordonnateur de la ZAC.
La pluralité des profils mobilisés autours de Michel Hoessler garantit l’approche transversale du projet, le paysage constituant le fil conducteur principal. L’agence TER est tout particulièrement en charge de la conception du Plan Général d’Aménagement et des prescriptions architecturales, urbaines, paysagères et environnementales qui encadreront les projets de construction.

LES ENR → ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

Dans le cadre d’une approche environnementale de l’urbanisme, Les EnR sont chargés de conseiller la maîtrise d’ouvrage qui souhaite intégrer des préconisations environnementales et énergétiques au-delà des aspects strictement réglementaires. Son travail porte sur les cibles suivantes : gestion de l’eau, biodiversité, paysage, environnement climatique, choix énergétiques, gestion des déplacements, gestion des déchets, environnement sonore, préservation des sols, chantier vert.

SODEREF → INFRASTRUCTURES

Le bureau d’études SODEREF est un expert en infrastructures, Voirie et Réseaux Divers (VRD) et hydraulique, en charge de concevoir les espaces publics du futur quartier en suivant les principes définis par l’Agence TER. Il est spécialisé dans les démarches d’aménagement HQE et l’appréhension des enjeux environnementaux et écologiques.

LES ASSISTANTS À MAÎTRISE D’OUVRAGE ET AUTRES PRESTATAIRES

ATELIER LD/GEONORD → LOI SUR L’EAU

L’Atelier LD/ Géonord est en charge de l’établissement du dossier de demande d’autorisation au titre de la loi sur l’eau de janvier 1992. Il est en outre en charge de la définition préalable des principes de gestion des eaux sur le projet, et effectue cette prestation en lien avec l’équipe de maitrise d’œuvre dans le cadre de l’établissement du Plan Général d’Aménagement.

CRONOS CONSEIL → SÛRETÉ ET SÉCURITÉ PUBLIQUE

Cronos Conseil étudie les interactions du projet avec son environnement et définit les prescriptions urbaines, techniques et organisationnelles garantissant la sûreté et la sécurité de l’aménagement et de son environnement. Il apporte son expertise à l’équipe de maîtrise d’œuvre dans le cadre de l’élaboration du projet.

FILIGRANE → PROGRAMMATION DES ESPACES PUBLICS – CONCERTATION

Filigrane a pour mission d’assister le maître d’ouvrage dans le processus de programmation des espaces publics, en concertation avec les habitants. Il s’agit pour Filigrane d’écouter les demandes et les attentes, de les positionner au regard d’un contexte et d’initier une vision prospective. Cette démarche se concrétise par la mise en place d’ateliers participatifs, auxquels est associée l’équipe de maîtrise d’œuvre en charge de l’élaboration du projet.

ENTREZ-SANS-FRAPPER → COMMUNICATION

Entrez-sans-frapper est un collectif de graphistes, rédacteurs, maquettistes, développeurs, illustrateurs, photographes… qui exerce sa créativité dans la communication d’idées pour les secteurs public, institutionnel, associatif et culturel. Le collectif met les idées en mots, formes, images, volumes, couleurs, espaces… et recherche des solutions créatives rationnelles respectant une éthique commune.

ARP ASTRANCE → LA PROGRAMMATION D’UN NOUVEL ÉQUIPEMENT PUBLIC

Le bureau d’études ARP Astrance est chargé de définir le programme de l’équipement public à créer au bénéfice du futur quartier, qui sera réalisé sous maîtrise d’ouvrage de la Ville du Vésinet. Il s’agira d’un équipement polyvalent à vocation culturelle qui abritera aussi une annexe de la MJC.
La requalification du gymnase Princesse, ainsi que l’extension de l’École et de la crèche Princesse seront également réalisées sous maîtrise d’ouvrage Ville.


Place du Marché : Myvesinet.com propose d’élargir la consultation