Une salle des conférences pleine à craquer, une ambiance plus apaisée que d’habitude, voilà au moins un point positif pour cette soirée dédiée à l’ultra-sensible dossier de la Place du Marché.

En voici les grandes lignes et surtout les photos des « propositions d’ambiance » présentées et commentées.

Des suggestions, pas un projet.

D’entrée de jeu, le maire Bernard Grouchko fixe les limites de la présentation : à partir des éléments évoqués précédemment (végétaliser, animer, plus de parking), présenter les possibilités résultant des besoins exprimés. En bref, des suggestions, mais pas un projet, afin de réunir un consensus au fil d’une réflexion commune plutôt que de se diviser à nouveau.

En bref, des suggestions, mais pas un projet, afin de réunir un consensus au fil d’une réflexion commune plutôt que de se diviser à nouveau.

Au micro, une modératrice pour réguler les prises de parole, devant l’écran une architecte du cabinet JNA Architecture commentant la « proposition d’ambiance » sur la base d’une trentaine de vues projetées sur grand écran.

La Place du Marché sens dessus-dessous : les grandes lignes

Doublement du parking souterrain

2 niveaux de parking supplémentaires afin d’exploiter l’espace laissé vide, dédié à l’origine à la patinoire. On passera d’une capacité de 157 places aujourd’hui au double demain avec 70 à 80 places en plus par niveau supplémentaire.

Les places de parking en périphérie de la place seraient supprimées pour étendre la surface disponible.

4 constructions en surface

  • Une halle ouverte abritant un marché couvert permanent, des événements éphémères (400 à 600 m²),
  • Une halle gourmande R+1 (1000 à 1500 m²)
  • Un espace sport et bien-être R+1 (1000 à 2000 m²)
  • Un espace végétal : square et lieu de rencontre avec jeux pour enfants et fontaine
    • L’architecte explique que le style architectural des bâtiments sera établi ultérieurement, mais ils auront un style cohérent.

Photos*

Et tout ça pour combien ?

Bernard Grouchko évoque une capacité de financement de 1 à 2 millions d’euros par an « sans dette ni impôt supplémentaires », soit 4 millions sur 2 ans pour la réalisation de l’ensemble. Il insiste à plusieurs reprises sur le fait que les projets de halle gourmande et d’espace sport et bien-être devront générer des recettes pour voir le jour : « il est hors de question que la Ville se lance dans des aventures financières ».

Les commentaires des participants : verbatim

  • Il faut laisser pouvoir se garer autour de la place car les personnes venant pour 5 minutes à la pharmacie ou faire une course n’iront sûrement pas dans un parking,
  • Il faut penser la Place du Marché dans sa globalité, avec tout le centre-ville y compris les rues Thiers et du Maréchal Foch, avec un plan de circulation cohérent,
  • Pourquoi privilégier la voiture et ne pas créer des espaces dédiés aux jeunes, expos, studios pour répéter, voire un auditorium ?
  • Pourquoi ne pas y implanter la MJC ?
  • Pourquoi construire un étage ?
  • Pourquoi agrandir un parking utilisé essentiellement le samedi ?
  • Qui va venir dans ces commerces alors que certains sont vides en centre-ville ?
  • Le Marché actuel doit être entièrement abrité sous la halle ouverte,
  • Pourquoi pas un manège pour les enfants,
  • Risque de cannibalisation des commerces de bouche existant avec la halle gourmande
  • Attention aux nuisances dues aux travaux à venir.
    Précisions apportées par le Maire
  • Il y a une forte demande pour des parkings supplémentaires,
  • Des locaux associatifs vont voir le jour quartier Princesse,
  • Le Vésinet compte 265 commerces dont 14 vides mais malheureusement la plupart au centre (JM Joncheray),
  • Une brasserie sera construite sur le site de l’îlot Picard qui accueillera les logements étudiants,
  • Les locaux pour adolescents, « çà a toujours été très compliqué », ils ont leurs QG à Chatou ou à Saint-Germain depuis longtemps, (NDLR : faute de mieux au Vésinet ?…)
  • Le public est invité à aller sur le site de la Ville suivre le projet et communiquer ses remarques via une adresse mail dédiée,
  • L’idée est de prendre le temps d’intégrer les réflexions et d’avancer ensemble avec un maximum de consensus d’ici la prochaine réunion.

Ça va mieux en le disant …

Ecouter, poser des questions, faire des propositions, oui bien sûr si ça débouche -enfin !- sur du concret, le retour de la confiance est à ce prix. Il faut faire l’effort de venir et hier soir la salle des conférences de la mairie était pleine, tant mieux.

Pour autant sur ce dossier très clivant de la Place du Marché les forces contraires sont telles que rien de sérieux n’a jamais abouti depuis 2002, faute de consensus. Beaucoup de démagogie et de mauvaise foi, jusqu’à l’honneur perdu de certains élus. Notre ville regorge de belles intelligences. Mais elle souffre aussi d’un trop plein d’ambitions individuelles, dont la juxtaposition à des fins électoralistes n’a jamais réussi à se muer en une ambition collective. Sans parler des clans et de leurs réseaux à la manœuvre depuis 30 ans, sur fond de vieilles haines recuites et de vengeances inassouvies. Que de nuisances pour une ville moyenne au site exceptionnel mais confrontée plus que jamais à des enjeux majeurs : densification de l’habitat, mobilités, environnement…

Autre frein, au-delà du politique, cette espèce de mesquinerie ambiante teintée d’égoïsme particulièrement sensible dans notre ville à la sociologie particulière, proche d’une copropriété géante. Osons le dire (de toute façon ils ne nous lisent pas) : nombreux sont ceux qui ne font rien pour leur ville -personne n’y est obligé- mais ne veulent surtout pas que ça bouge, en mode « après moi le déluge », se croyant autorisés fort de leurs années de présence au Vésinet à critiquer toute nouveauté (cf. à l’issue de la réunion ces 3 pintades mondaines qui se moquaient en ricanant de la Fête de la bière).

Des pelouses tondues, des poubelles vidées, un calme absolu et une fiscalité stable leur suffisent. Après tout, c’est leur droit, mais voilà ce sont surtout ces personnes qui votent, au Vésinet. Du coup les élus ne rivalisent pas d’audace et notre Ville joue la belle endormie, tant le moindre dossier est immanquablement politisé.

Pour autant, nous pensons avoir semé depuis 2013 avec Myvesinet une réelle volonté d’ouverture, de rassemblement, de prise de parole. Des « vrais gens » parlent aux « vrais gens », et ceci, répétons-le, sans aucune ambition politique. (vivement le soir du 2e tour dans un an !).

Consultez notre dossier spécial « Place du Marché »

Place du Marché : 15 ans déjà, et puis ?…
Place du Marché : 15 ans déjà, et puis ?…

Nous devons cette réussite collective, ce coin enfoncé durablement dans l’entre-soi local à des Vésigondins formidables, – associatifs, commerçants, élus -d’abord dubitatifs ou hostiles puis conquis- sans jamais dévier de notre cap ni nous décourager. Si vous pensez que cette ligne est la bonne, faites-nous connaître et venez nous rencontrer. Parce qu’il y a aussi dans notre ville une énergie, une envie de faire bouger les lignes et les esprits porteuse d’espoirs et de lendemains apaisés.

Prochain rendez-vous : le 6e Dîner en blanc du Vésinet au lac des Ibis, samedi 22 juin 2019. On vous y attend nombreux !

*Si vous souhaitez exercer votre droit à l’image, envoyez-nous un message sur contact@myvesinet.com.


Vous souhaitez nous contacter sur cet article ? Remplissez le formulaire ci-dessous.