Nous aurions aimé partir tous en vacances sur une note réjouissante, heureux de retrouver notre ville à la rentrée.

Mais voilà, il est des événements qu’on ne peut passer sous silence, tant leurs conséquences impactent notre cadre de vie.

Une fois de plus comme nous l’apprend le Courrier des Yvelines, les élus Vésigondins cèdent à leurs vieux démons, la guerre des clans. A 2 ans des municipales, chacun prend ses marques, les couteaux sortent, les tontons flingueurs se déchaînent.

L’alliance laborieusement trouvée le 8 mars a volé en éclats, les ex-opposants devenus majoritaires redevenant opposants.

Tout ça prêterait à sourire, tant le Vésinet se distingue depuis 30 ans par ses guerres de clans fratricides et imbéciles, chacun considérant qu’il lui revient de gérer cette ville-parc au lustre désormais bien terni par le manque d’investissements, de courage, de stabilité et d’union des équipes successives. Se pose aussi la question de leur compétence, et plus encore de leur indigence totale en matière d’idées.

Disons-le : la politique à la Vésigondine nuit gravement au développement de notre ville. La plupart de nos élus entretiennent à coups de dossiers ces vieilles haines recuites dont ils se délectent. Les Vésigondins, pour leur part, n’attendent plus rien de ces derniers. Ce qui fait justement l’affaire des prétendants au trône. Au Vésinet, l’entre-soi est la règle : surtout ne vous mêlez pas de notre tambouille et continuez à payer vos impôts locaux, on se charge de les dépenser.

Voilà pourquoi le 7 juin à la réunion du quartier Centre, Il a été acté qu’à part une réunion à la rentrée et quelques études, il n’y aurait aucune réalisation concrète sur le dossier Place du Marché. Pourquoi se donner du mal pour des habitants qui ne se sont pas déplacés à cette réunion, pouvaient penser les élus à la tribune ? Pourquoi venir à cette réunion puisque çà ne changera rien, ont pensé les Vésigondins concernés.

Et voilà comment sur un dossier majeur, en déshérence depuis 2002 (!), il faudra attendre l’après municipales de 2020 pour entrevoir, peut-être, la pose de bacs à géraniums.
Et c’est çà précisément qu’on peut reprocher à la plupart de nos élus : non pas un manque d’idées, mais l’absence d’envie d’avoir des idées, l’absence de vision, la politisation systématique des gros dossiers. Et pour certains, un manque total d’empathie doublé d’un opportunisme forcené. Certains prétendants aux dernières municipales n’ont pas pris la parole au Conseil municipal pendant 4 ans, l’un d’entre eux manquant la moitié des réunions : qui le sait ? Qui s’en soucie, donc pourquoi se gêner, quand on n’a pas de compte à rendre ? Cela ne les empêchera pas de présenter dans 2 ans des beaux tracts 4 pages en couleur au ton alarmiste, pleins de promesses qu’ils ne tiendront jamais.
S’ils étaient visionnaires et compétents, çà se saurait, le pire est à craindre.

Jusqu’en 2020, ce sera donc gommettes et bricolage, avec la réfection et la « sécurisation » de la place de l’église, et peut-être un jour le bon fonctionnement des caméras de surveillance quasi-factices puis qu’elles n’enregistrent rien.

Message aux tontons flingueurs de tous poils : continuez comme çà et les Vésigondins sauront s’en souvenir aux prochaines municipales. Et peut-être auront-ils aussi envie de savoir pourquoi, au Vésinet, la soupe est si bonne qu’on est prêt à tout pour l’emporter.

Bon été à tous !