Avec les beaux jours, les « anciennes » sont de sortie.

Rassemblement locaux ou rallyes prestigieux, rencontres de passionnés : de nombreuses occasions de découverte sont offertes aux amateurs de « vraies » voitures.

Parfois même dans les rues du Vésinet

Un choix judicieux pour ceux qui désirent retrouver le plaisir de conduire et n’ont que faire d’un véhicule bourré de gadgets et d’électronique, par ailleurs source de pannes multiples.

François Clerget au Rallye d'Aumale 2018
François Clerget au Rallye d’Aumale 2018

Nous avons interrogé François Clerget, spécialiste reconnu des « anciennes » et lui-même propriétaires de plusieurs merveilles.

C’est le moment de découvrir en vidéo avec lui la différence entre les « anciennes » et le phénomène des « Youngtimers », ces dernières permettant un accès plus facile à une passion qui ne vous lâchera pas. Alors, nostalgie ou investissement ? Pour en savoir plus, regardez notre interview ci-dessous : 

Portfolio

Pour aiguiser vos envies, quelques photos d’anciennes prises au Vésinet, à l’occasion d’un rassemblement à Versailles ou au prestigieux Rallye d’Aumale au Polo de Chantilly.

Avec François Clerget en vedette sur certaines, au volant de sa splendide Lotus.

Les voitures anciennes :plus de 30 ans minimum. Pour être considérée comme étant une voiture ancienne l’âge minimum est de 30 ans.

La catégorie des voitures anciennes englobe les voitures de collection, les classiques, les véhicules antiques, véhicules vintage, etc.

La classification de ces voitures anciennes va dépendre de nombreux critères comme la rareté ou la cote : voir les magazines spécialisés.

L’état de la voiture et son utilisation entrent aussi en compte. La voiture doit être conservée et entretenue en bon état, son aspect extérieur et son état technique doivent être impeccables.

Les youngtimers : un phénomène
Les youngtimers (jeunes-anciennes) sont pour ainsi dire les nouvelles voitures de collection.

Il s’agit de véhicules datant des années 80 environ, qui sont devenus ou deviendront très prochainement des collectors, dans la mesure où ils ont cessé d’être produits depuis longtemps.

Pour être un youngtimer, une voiture doit être une voiture ayant été particulièrement populaire ou emblématique dans les années 1980 ou 1990, à l’image des voitures GT telles que la Peugeot 205 GTI, par exemple.

Les vrais youngtimers sont des véhicules qui conservent encore leurs pièces d’origine, ce qui en fait de véritables pièces de collection. En dernier lieu, les youngtimers doivent pouvoir être faciles à restaurer et à entretenir (bon marché) et, dans l’idéal, agréables à conduire.

Parmi les youngtimers les plus prisées, on trouvera des voitures telles que la Citroën AX Sport de 1987 ou la BX GTI 16 soupapes, qui fut produite jusqu’en 1993. En effet, les amateurs de youngtimers français apprécient tout particulièrement les modèles des années 1980 proposés par la marque aux chevrons.

Talbot Sunbeam Lotus: la petite sportive mal aimée
Talbot Sunbeam Lotus (c) boitierrouge.com

Chez les Allemandes, ce sont les vieilles BMW qui retiennent l’attention des youngtimers, notamment les séries M, telles que la BMW M E30 qui a vu le jour en 1986.

Chez les Allemandes, ce sont les vieilles BMW qui retiennent l'attention des youngtimers, notamment les séries M, telles que la BMW M E30 qui a vu le jour en 1986.
Photo : Gudrun Muschalla

De même, les cabriolets Mercedes sont très prisés, avec les Porsche 911 et 924 (1975).

Les Jaguar également font le bonheur de ces nouveaux collectionneurs avec des voitures comme la fameuse XJS de 1975, ou les rarissimes Talbot, telles que la Sunbeam Lotus de 1979 ou la Samba Rallye de 1983, par exemple.

Lotus Type 81 Talbot Sunbeam 1979-81
Lotus Type 81 Talbot Sunbeam 1979-81

Acheter un Youngtimer : quels avantages ?

Opter pour un Youngtimer, c’est choisir de rejoindre le cercle des possesseurs de véhicules anciens mais à moindre coût.

Une Citroën BX, Mercedes 190 ou Ford Escort n’ont certes pas l’aura des vieilles Porsches 911 et autres Jaguar Type E mais se négocient pour une croûte de pain, ou presque.

La première génération de Mazda MX-5 a été commercialisée en France en 1990.
La première génération de Mazda MX-5 a été commercialisée en France en 1990.

Un participant à un rallye touristique a ainsi acheté une Mazda MX-5 de 1990 pour 2 500 euros. Certes, c’est une bonne affaire pour une voiture de 200 000 km en parfait état et entièrement d’origine, mais même au double du prix, on est bien loin des sommes astronomiques demandées pour certains Oldtimers de prestige.

L’autre gros avantage proposé par les Youngtimers, c’est la fiabilité.

Dans les années 90’, les moteurs thermiques ont atteint un excellent rendement alors que l’électronique n’en est qu’à ses débuts. On déplore peu de pannes mécaniques et encore moins de soucis électroniques.

De plus, la rouille a été en grande partie éradiquée et la conduite a été facilitée et sécurisée (ABS, airbags, direction assistée, etc.). Bref, un Youngtimer présente bon nombre d’avantages. A condition de prévoir un petit budget pour d’éventuelles réparations ou pour entreposer son véhicule.

Mais tous ne sont pas aussi abordables. Des modèles sportifs et nobles maintiennent une cote élevée tout au long de leur vie, voire prennent de la valeur.

Une Peugeot 205 GTI en état concours flirte avec les 15 000 euros quand une Ferrari dépasse allègrement les 50 000 euros pour un modèle peu recherché. Et pour les voitures basiques, rien ne garantit qu’elles se revendront fort cher. En attendant une hypothétique flambée des prix, il faudra toujours prévoir un budget pour les éventuelles taxes, les assurances, le carburant, les entretiens ou les réparations. Mais quand on aime…

Achat passion ou investissement ?

Pour les amateurs de belles carrosseries et de mécaniques d’exception, les autos anciennes représentent le placement plaisir par excellence : collection d’objets d’art, vie et partage de la passion à l’occasion de sorties, de courses ou de concours, souvenirs gardés des moments uniques passés avec les grands-parents. Avantage patrimonial : pas de droits de succession à payer !

Une certaine catégorie de collectionneurs privilégie la valeur du véhicule. Ce type d’investisseur ne lésine pas sur ses moyens pour remettre à neuf le petit bijou même à des prix équivalents au prix d’acquisition en vue d’un meilleur retour sur leur investissement.

Le marché des voitures anciennes ne connait pas la crise. Plus est la voiture est prestigieuse, rare, élégante, qui plus est avec un parcours et ayant appartenu à des propriétaires célèbres, plus elle est chère. Cela explique la flambée des prix des voitures anciennes des années 60 notamment vendus à des prix astronomiques.

Voitures anciennes : les prix ont stagné en 2017

« L’année 2017 aura été celle du retour au calme (à la raison diront certains) pour le marché des véhicules de collection. Selon l’indice Hagi, les prix des véhicules anciens d’exception n’ont progressé « que » de 1,66% l’an dernier. Un score bien en deçà des progressions enregistrées au cours des années précédentes (+16,78% par an en moyenne de 2009 à 2016).

Très en vue depuis 2014, les veilles Porsche ont marqué le pas (-0,18%) sur l’année, tandis que les Ferrari anciennes se sont un peu plus mises en valeur (+2,45%). Ces chiffres appellent en tout cas plusieurs commentaires. »

Source : https://argent.boursier.com/passion/actualites/voitures-anciennes-les-prix-ont-stagne-en-2017-4727.html

Le rattrapage de Mercedes-Benz

Dans un marché plat, il faut également noter la belle performance de Mercedes-Benz en 2017. Les modèles de la marque à l’étoile ont vu leurs prix grimper de 8,7% l’an passé.
Les ventes organisées à l’automne ont d’ailleurs montré l’appétit des acheteurs pour les célèbres 300 SL, les fameuses « pagodes » mais aussi les youngtimers de la marque (560 SEC, 500 SL…).

On peut surtout voir dans ce regain d’intérêt un phénomène de rattrapage, les Mercedes-Benz étant restées un peu en retrait les années précédentes lorsque les prix des Ferrari et des Porsche flambaient. »

Prêt ?

Sur internet : 
Sur internet sont postées une multitude d’offres de voiture anciennes ou de collection pour tous les goûts et tous les âges. Voici quelques sites intéressants sur lesquels vous trouverez divers modèles :

Un autre exemple de site intéressant, www.motorlegend.com qui propose d’éventuels guides d’achats et la possibilité de communiquer avec des spécialistes. En outre, si la voiture ancienne que vous recherchez ne se trouve pas sur le site, vous pouvez enregistrer ce qu’ils appellent une alerte et recevoir ensuite par mail les annonces existantes sur votre voiture.

Contrôle technique : dispense pour les véhicules de collection de +30 ans

Selon la réglementation, les véhicules de collection dont le PTAC est inférieur ou égal à 3,5 tonnes et qui ont été mis en circulation à partir de 1960 sont soumis à l’obligation d’un contrôle technique tous les 5 ans. Paru le jeudi 23 février 2018 au Journal Officiel, un décret permet désormais aux véhicules de collection dont la mise en circulation est antérieure au 1er janvier 1960 d’être dispensés de toute obligation de passage au contrôle technique.

Attention : si un véhicule de 30 ans d’âge n’est pas déclaré comme véhicule de collection, la réglementation liée au contrôle technique de collection ne s’applique pas et le contrôle technique doit être fait tous les 2 ans. Et là, gare aux nouvelles normes !

En effet, à partir du 20 mai 2018, le contrôle technique automobile va changer de visage.

Voilà typiquement une auto non soumise à contre-visite aujourd'hui, et qui le sera à partir du 20 mai 2018. Vous comprendrez pourquoi dans les différentes pages de cet article.
Voilà typiquement une auto non soumise à contre-visite aujourd’hui, et qui le sera à partir du 20 mai 2018. Vous comprendrez pourquoi dans les différentes pages de cet article. (c) source caradisiac.com

Il va se durcir, être plus long, plus cher. De nombreux défauts non soumis à contre-visite vont le devenir. Et une nouvelle catégorie de défauts, dite « critique » apparaît. Le nouveau contrôle technique demandera beaucoup plus de rigueur de la part du propriétaire.

Le nombre de vérifications augmentera et 127 points critiques pourront exiger une réparation sous 24 heures pour continuer à circuler. Selon les premières estimations le nombre de contre-visites devrait être multiplié par 2 avec un facteur aggravant pour les véhicules bardés d’électroniques. Alors vive la 2 CV !!

Le régime de la carte grise « collection » pour les +30 ans

La Fédération Française des Véhicules d’Epoque (FFVE) est habilitée à vous délivrer une ATTESTATION, sur la base d’un dossier réglementaire vérifié par ses soins.

Vous êtes possesseur, ou venez d’acquérir un véhicule âgé d’au moins 30 ans, automobile, moto, camion, cyclomoteur, tracteur agricole, remorque, civils ou militaires, et souhaitez obtenir un certificat d’immatriculation (appelé précédemment carte grise) avec un usage « véhicule de collection« .

Votre attestation FFVE sera à présenter au contrôle technique pour les véhicules qui y sont soumis, puis vous permettra de solliciter un certificat d’immatriculation de collection auprès de l’ANTS l’Agence Nationale des Titres Sécurisés sur son site web : https://immatriculation.ants.gouv.fr

Rappel important : l’utilisation d’un « véhicule de collection » se fait exclusivement à usage non professionnel.

Prudence à l’achat : consultez les forums spécialisés, les associations, les magazines : le net fourmille d’infos et la presse spécialisée a investi le segment des anciennes et des youngtimers, parfois avec des titres dédiés à une seule marque comme Porsche ou Jaguar.

  • Prenez votre temps par rapport à votre « cahier des charges » : style, usage, nombre de places …
  • Attention à la fiabilité et au coût d’entretien de certains modèles parfois peu chers !
  • Vendeur pro ou particulier : dans tous les cas, faites des recherches via Google sur son nom et collectez les avis !
  • Inspectez à fond le véhicule, au besoin faites-vous aider d’un spécialiste.

Plus d’infos, par ici !


A lire aussi