« Beaujolais nouveau » au Théâtre du Vésinet le 18 novembre 2016 : save the date !

0
121

Pour se retrouver entre amis, un verre de (bon) Beaujolais Nouveau à la main.

Savourons confortablement un buffet de charcuteries et de fromages.

Le Théâtre du Vésinet c’est « The Place to Be » vendredi 18 novembre 2016, de 20 à 23 heures.

Beaujolais Nouveau au Vésinet : Une soirée placée sous le signe de la convivialité… et de la qualité !

« Beaujolais nouveau » au Théâtre du Vésinet le 18 novembre : save the date !
« Beaujolais nouveau » au Théâtre du Vésinet le 18 novembre : save the date !

Un bon Beaujolais nouveau ? Ca existe !

Les trois organisateurs ont associé leurs talents pour ce millésime 2016.

Objectif : vous proposer un moment convivial dans un cadre chaleureux et central, le Foyer du Théâtre du Vésinet.

Un lieu bien connu de nombreux Vésigondins et habitants de la Boucle de la Seine, attirés par une programmation de grande qualité.

Mais aussi l’occasion de découvrir tout à la fois la saison 2016-2017 du Théâtre, un caviste de référence, Le Carafon, et l’équipe de Myvesinet.com, le site « 100% rassembleur » qui fêtera les 3 ans de son lancement ce soir-là.

Un bon Beaujolais nouveau ? Ça existe ! Présentation de cette tradition désormais planétaire et des crus qui vous seront servis au Théâtre vendredi 18, sélectionnés par le Carafon.

Le Beaujolais nouveau, une histoire déjà ancienne

Le Beaujolais nouveau est une tradition très attendue chaque troisième jeudi de novembre par un large public, amateur de vin ou non. Dès le XIXe siècle, quelques débitants achètent « sous le pressoir », enlèvent de suite et présentent le Beaujolais nouveau dès les semaines suivantes aux distributeurs, cafetiers-restaurateurs de Paris et de Lyon. La fermentation des vins s’achève souvent durant le transport, ce qui les protège au mieux de toute altération.

Depuis 1951, date de l’autorisation de sa mise en vente anticipée, le Beaujolais nouveau est progressivement devenu le symbole du vin festif. Et Ce vin représente aujourd’hui plus de la moitié de la consommation de Beaujolais à l’étranger, toutes appellations confondues. Aux premiers rangs des pays importateurs, se trouvent le Japon, les États-Unis et l’Allemagne. Grâce à une stratégie marketing d’une efficacité redoutable, ce vin fruité est devenu le symbole du vin festif, facile à boire.

Élevé très peu de temps sur lie, le Beaujolais nouveau base son goût sur la fraîcheur du fruit. La qualité du Beaujolais nouveau est très variable d’un producteur à l’autre. La réussite de la soirée dépendant largement de la qualité du flacon, les crus retenus pour le 18 novembre ont été soigneusement choisis chez des producteurs de référence.

La sélection de Benjamin Didier du Carafon : 3 cuvées de 2 vignerons d’excellence

Jean Paul Dubost, domaine du Tracot

Le Domaine du Tracot, propriété de la famille Dubost, existe depuis 1902. Jean-Paul Dubost a pris en 1960 la suite de son père pour le rénover, améliorer l’encépagement en plusieurs tranches et en faire un des domaines les plus réputés de la région. Celui-ci est alors complété par un petit musée de matériels anciens, de chambres d’hôtes ainsi que d’un caveau de dégustation dans le centre de Beaujeu appelé « La Cavinière« . Avec ses deux fils, Corentin et Joffrey, Jean-Paul espère que la quatrième génération poursuivra les actions entreprises afin que le domaine prospère et soit à l’image d’un monde moderne et en perpétuel mouvement.

Jean-Paul cultive naturellement et une partie de sa production est dédiée à des vins « nature » sans aucun soufre. Ses vins collent au terroir et sont des bombes de fruits. Il a pas mal de vieilles vignes ce qui lui permet d’obtenir des Gamays concentrés, épicés, et aptes au vieillissement également. Son Village Nouveau une belle concentration et présente souvent des notes de cassis et de réglisse.

Gilles Gelin, domaine des Nugues

Gilles Gelin [lien] a repris en 2000 la suite de son père sur ce domaine créé en 1976. Ils exploitent ensemble 36 hectares en pratiquant eux aussi une culture très respectueuse de l’environnement et de la plante et produisent eux aussi des vrais vins de terroir. Ses vignes ont en moyenne 45 ans et certaines parcelles sont centenaires, d’où là aussi une belle concentration et des vins structurés. Les vendanges sont manuelles y compris pour le Village Nouveau. Comme l’an dernier, nous proposerons une cuvée classique et une cuvée sans soufre vraie bombe de fruit. S’il fait des Beaujolais de garde, Gilles Gelin se dit aussi “Fier de vinifier des Beaujolais Nouveaux”. Car on le sait peu, mais “Faire un Beaujolais Nouveau, c’est super compliqué”. Pourquoi ? Parce que “Faire un vin fruité, c’est facile. Faire un vin structuré c’est facile. Mais arriver à marier gourmandise et un peu de matière, c’est plus difficile”. La vinification des Beaujolais Nouveaux exige des prises de décision rapides et dans le bon tempo pour obtenir des vins fruités et tout en rondeur.

En prime : une interview de Gilles Gélin ici : http://www.beaujolaisnouveau.fr/chronique/gilles-gelin-il-faut-redecouvrir-les-beaujolais-nouveaux/?age-verified=fae4c9c5ea

Le savez-vous ? Ces 3 vins achetés en primeur à l’automne sont excellents au printemps suivant, après 6 mois de repos et d’affinage en cave. C’est en plus le genre de vins peu puissants et bien fruités qu’on a envie de boire au retour des beaux jours.

Attention, places limitées, réservation recommandée !

Aux heures d’ouverture de La billetterie du Théâtre du Vésinet, du mardi au samedi de 15h à 19h, ou par téléphone au 01 30 15 66 00. (réouverture le 2 novembre)
En ligne sur le site du Théâtre : http://vesinet.org/en-vedette/soiree-beaujolais-vendredi-18-novembre/


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération